COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez toutes nos informations disponibles en suivant ce lien
Catégories
Seine Saint-Denis
Olympiade culturelle Opéra Hip hop JOP 2024 Stains Coup de cœur

Olympique et classique, un duo sur le même tempo...

Le Festival Classiq’à Stains se met dans les starting-blocks des JO 2024, mardi 26 novembre à l’Espace Paul-Eluard, en associant le breakdance, nouvelle discipline olympique, et les rythmes du classique. Un duo orchestré par Zahia Ziouani, maestra de l’Orchestre Symphonique Divertimento.

Olympique et classique à la fois, ce sera le tempo distillé par l’Orchestre Symphonique Divertimento dirigé par Zahia Ziouani lors de l’ouverture de la 12e édition du Festival Classiq’à Stains, mardi 26 novembre à l’Espace Paul-Eluard (notre encadré).
Intitulé « Danses Olympiques », le spectacle phare de l’édition 2019 du Festival stanois a en effet « l’ambition de démontrer une nouvelle fois que le classique n’est pas une musique poussiéreuse mais au contraire est capable d’innover en s’associant à d’autres genres musicaux comme Divertimento l’a déjà fait par le passé avec l’électro ou les musiques du monde, et cette fois avec les rythmes du breakdance », clame Zahia Ziouani, créatrice en 1997 à Stains de l’Orchestre Symphonique Divertimento.
En partenariat avec la Fédération Française de Danse, l’ex-élève du Conservatoire municipal de Pantin a donc suscité une nouvelle rencontre originale entre les partitions d’Igor Stravinsky, Claude Debussy ou Benjamin Britten qui s’accorderont sur scène avec les chorégraphies de cinq virtuoses d’un autre genre artistique mais aussi très sportif : le breakdance, discipline qui fera son apparition au programme des Jeux de 2024 largement disputés en Seine-Saint-Denis. Le tout chorégraphié par le médiatique Brahim Zaibat, tête d’affiche récurrente de l’émission « Danse avec les stars » mais aussi quintuple champion du monde de breakdance.

L’esprit olympique en musique

« L’idée, c’est de montrer que la danse a souvent inspiré ou traversé le répertoire classique à travers les danses pour orchestres, les valses ou les ballets les plus célèbres comme l’Oiseau de feu de Stravinsky, le Tricorne de Manuel de Falla et d’y associer une dimension de culture urbaine avec le breakdance », poursuit Zahia Ziouani. En plus, ce sera l’occasion de mettre en valeur le breakdance qui vient de rejoindre, cette année, le programme des Jeux de Paris 2024. »

JPEG - 63.7 ko

Une rencontre que « ZZ » au féminin, visage l’an dernier de la campagne d’affichage « Seine-Saint-Denis 2024 », se réjouit donc d’orchestrer : « Cette création Danses Olympiques est aussi une manière de lancer l’Olympiade culturelle 2020-2024 de Divertimento et de continuer à distiller l’esprit olympique dans nos programmes parce qu’on n’a pas attendu d’avoir les JO en Seine-Saint-Denis pour travailler avec l’Orchestre sur les thématiques d’égalité et de diversité, en valorisant toutes les musiques et en allant dans les écoles pour les faire découvrir. Nous aussi, comme les Jeux, on défend l’universalité », expose encore celle qui a été promue « Officier de l’ordre des Arts et Lettres de la République Française » en 2014.

La cérémonie d’ouverture de 2024 dans le viseur…

Un discours qui la positionnerait presque au premier rang de la Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 ? « Que les organisateurs puissent vous entendre… » sourit-elle. Et de poursuivre plus directement : « Sur le principe, bien sûr qu’on se projette sur cette cérémonie, parce que l’Orchestre Symphonique Divertimento a la capacité artistique et les épaules pour être de cette aventure… Mais, au-delà de cet aspect, on va surtout continuer à travailler pour que dans la phase héritage des Jeux, après l’évènement donc, la Seine-Saint-Denis obtienne plus de moyens pour ne plus être un territoire traité de manière inégalitaire, y compris sur les questions de culture et d’éducation artistique. »
Sur ce plan, l’ex-étudiante en musicologie de la Sorbonne compte bien s’appuyer sur les vertus combatives du sport pour hisser le 93 tout en haut des podiums nationaux. « Il y a beaucoup de similitudes entre le sport et la musique, enchaîne Zahia Ziouani qui dirige à Stains un ensemble symphonique de plus de 70 musiciens. Dans un orchestre, il y aussi le sens du collectif comme dans les sports en équipes. Et puis, l’engagement, le dépassement de soi, la nécessité d’entretenir son corps pour performer : ce sont aussi des valeurs communes aux sportifs et aux musiciens. C’est pour ça que je vais continuer de faire intervenir des sportifs de haut niveau auprès de l’académie Divertimento afin qu’ils m’aident à démontrer aux jeunes de Seine-Saint-Denis qu’ils peuvent, eux aussi, s’autoriser de grandes ambitions. »
Bref, plus vite, plus haut, plus fort comme dans la devise olympique. Mais aussi en rythme…

Classiq’à Stains, trois, deux, un, dansez !
Après « Danses olympiques » en ouverture le 26 novembre, le même élan chorégraphié sera gardé pour la suite du programme de Classiq’à Stains avec les créations Arabesque (vendredi 29 novembre à 19h à l’Espace Xénakis) et Transcendance (mercredi 4 décembre à l’Espace Paul-Eluard) orchestrées et dansées par les élèves et professeurs du Conservatoire Municipal de Musique et de Danse. Lully reviendra dans la danse mais aussi Mozart, Strauss, Schubert, Dvorak pour deux spectacles musicaux et chorégraphiques qui mettront « en avant toute la vitalité des musiques qui se nourrissent de la danse. »
Réservations au 01 49 71 82 25.
à lire aussi
Bande dessinée

Albert Uderzo, dernier banquet

Albert Uderzo, créateur entre autres d’Astérix avec son acolyte René Goscinny, est mort ce mardi à 92 ans. Ce dessinateur de génie avait un lien fort à la Seine-Saint-Denis : après avoir grandi à Clichy-sous-Bois, c’est dans un HLM de Bobigny que lui et Goscinny avaient commencé à donner naissance à l’irréductible Gaulois. Voici l’article que nous lui avions consacré en septembre 2019, à l’occasion des 60 ans de la naissance d’Astérix.

Ateliers et cours Parcs départementaux Patrimoine

« La poudrerie, un patrimoine qui cartonne » : acte 1 !

Cinq rendez-vous devaient se succéder. L’épidémie de coronavirus et les mesures de confinement en auront cependant décidé autrement. Samedi 14 mars, au parc départemental de la Poudrerie, s’est donc tenu l’unique atelier de préparation au projet artistique participatif d’Olivier Grossetête. Malgré le contexte et une météo peu avenante, ils étaient une petite trentaine de personnes à y prendre part, pour imaginer et réinventer ensemble le bâtiment de la cartoucherie. Reportage.

Théâtre

Bezace, le communard

Didier Bezace, metteur en scène et directeur du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, centre dramatique national, est décédé mercredi 11 mars 2020. Ardent défenseur d’un théâtre de qualité accessible à toutes et à tous, plusieurs fois récompensé par un Molière, nous l’avions suivi en 2009 toute une journée alors qu’il jouait "Après la répétition" d’Ingmar Bergman. Voici le reportage tel qu’il est paru alors dans le magazine départemental de novembre 2009.

Radio Pantin Aubervilliers

Le son au coeur de la Cité

« La Cassette » devrait commencer à tourner au second semestre 2020. Aux confins d’Aubervilliers et de Pantin, ce nouveau « tiers-lieu » imaginé par des amoureux de la radio est dédié à la création sonore. Il abritera la jeune école de radio du collectif « Transmission », gratuite et ouverte à tous.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.