Catégories
Seine Saint-Denis
Collèges

Les collégiens-médiateurs apaisent les conflits

Les collégiens-médiateurs sont des volontaires formés à la gestion des conflits entre élèves. Chaque année, ils se retrouvent pour échanger sur leurs expériences de la médiation. Le 2 juin, ils étaient 250 de la Seine-Saint-Denis, mais aussi de toute l’Ile de France et de Picardie réunis à la Bourse du travail, à Bobigny.

"Les jeunes agissent, les adultes les accompagnent, c’est notre devise !", s’exclame au micro Bernard Moreau, le président de l’association MédiActeurs Nouvelle Génération aux 250 élèves médiateurs réunis dans l’auditorium de la Bourse du travail, à Bobigny. Depuis 2012, cette association a formé les équipes éducatives de 24 collèges de la Seine-Saint-Denis, comme Clémentine Campo, enseignante au collège Jean Moulin de Montreuil. "Grâce à ce dispositif de médiation par les pairs, nous avons découvert une nouvelle façon de gérer les conflits entre élèves. Jusqu’ici, nous n’avions que la sanction pour régler les problèmes. Aujourd’hui, tout le monde est au courant et certains élèves en conflit viennent d’eux même demander une médiation", explique la professeure d’EPS.

"Il faut de la bienveillance"

Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental rappelle aux collégiens combien "il est important d’utiliser des mots, d’échanger, pour apaiser les conflits et trouver des solutions tous ensemble. Il faut de la bienveillance plutôt que du repli sur soi et de la méfiance". Une vidéo donne aussi la parole au président d’honneur de l’association. Du haut de ses 100 ans, André de Peretti face caméra explique aux élèves que "l’avenir a besoin qu’on soit joyeux et entreprenants".

Des spécialistes anti-embrouilles

À coup sûr, les élèves réunis aujourd’hui le sont, joyeux et entreprenants. Ils sont aussi engagés et assurent leur mission avec beaucoup de sérieux, comme Leïla, en 3e à Montreuil. "À Jean Moulin, nous sommes une quinzaine de médiateurs volontaires. On réduit les embrouilles, on essaie que les tensions s’apaisent entre élèves. Cela aide les autres et ça nous aide aussi", témoigne la jeune fille qui s’est formé l’année dernière à la médiation avec des enseignants, eux mêmes formés par MédiActeurs. "Nous avons une petite salle spéciale pour les médiations dans notre collège, poursuit Natacha, également en 3e au collège Jean Moulin. Par exemple, une fois une fille et un garçon sont venus. La fille se plaignait que le garçon la traitait de girafe parce qu’elle est grande. Au début, ils se sont criés dessus et on leur a dit de parler chacun à leur tour. Une semaine après, on a fait un bilan de la médiation et c’était beaucoup mieux".

JPEG - 63.7 ko

Cette grande rencontre annuelle entre médiateurs est l’occasion de partager les expériences de chacun. Par petits groupes, les élèves médiateurs prennent le temps d’échanger sur leurs pratiques et sur le sens de leur engagement. "Quand on a fini une médiation, on a un sentiment de fierté, d’avoir réussi. On se sent utile", dit un collégien. "Nous, dans notre collège, on passe dans les classes pour nous faire connaître", explique une autre.

La médiation à la place de la sanction

Cet atelier est aussi l’occasion de réviser les bases et de faire des jeux de rôles pour s’entrainer. A chaque fois, deux médiés en conflit et deux médiateurs. Des histoires d’insultes, de harcèlement et de manque de respect. Avec beaucoup de bienveillance, les médiateurs écoutent le problème, reformulent les choses et cherchent avec les collégiens en conflit une solution qui satisfait tout le monde. "Les élèves qui viennent pour une médiation sont volontaires, c’est la base du dispositif, rappelle Mme Campo, enseignante. Ils savent que c’est pour eux une porte de sortie qui peut leur permettre d’éviter la sanction. Les parents ne sont pas informés si leur enfant participe à une médiation". Grâce à ce dispositif, les collégiens savent désormais qu’ils peuvent régler leurs problèmes avec leurs pairs sans les adultes et sans risque de punition. Avis aux volontaires, élèves comme enseignants, la médiation mérite de faire son entrée dans tous les collèges !

à lire aussi
Actions éducatives

Bienvenue au futur collège Christine-de-Pisan à Aulnay !

Le Département investit 640 millions d’euros pour construire, rénover ou moderniser tous ses collèges. Exemple avec la pose de la première pierre du nouveau collège Christine-de-Pisan à Aulnay-sous-Bois le 22 novembre dernier ! Des ateliers éducatifs pour les élèves étaient aussi organisés par l’association Les Petits Débrouillards. Explications en VIDÉO.

Services, aides
& démarches