Catégories
Seine Saint-Denis
Athlétisme Montreuil

Les Benfarès, trois sœurs à fond dans le demi-fond

En 2024, leur grand rêve est de participer ensemble aux Jeux de Paris 2024. Selma, Sara et Sofia Benfarès, trois sœurs qui courent sous le même maillot du CA Montreuil 93, entraînées par leur père Samir, ont toutes trois la culture de l’excellence, sur et en dehors de la piste. Portrait d’une famille de championnes.

« Ce sont trois sœurs jumelles nées sous le signe du demi-fond... » Le regretté Michel Legrand nous pardonnera ce mauvais pastiche. Par ordre d’apparition, voici Selma, 21 ans, Sara, 19, et Sofia Benfarès, 16 ans. Soit l’histoire de trois sœurs mues par la même passion : celle du demi-fond, et par une exigence commune : celle de l’excellence. Depuis 2019, elles portent toutes les trois le maillot jaune et bleu du CA Montreuil, club aux 18 titres de champion de France.
Ce club, c’était déjà celui de leur père Samir Benfarès, champion de France sur 1500m en 1994 et 1995. Celui qui est depuis janvier 2021 président du club séquano-dionysien a légué à ses trois filles son amour de la discipline et du maillot. « On est très fières de pouvoir marcher dans les pas de notre père, de pouvoir se rapprocher de ce qu’il a fait. Porter ce maillot, c’est presque avoir sa présence sur la ligne de départ », dit joliment Sara Benfarès, la cadette.
Ajoutez à cela que la maman, Béatrice, originaire de Hambourg, a aussi été internationale sur le 1500m en équipe d’Allemagne, et vous aurez compris que chez les Benfarès, l’athlétisme , comme le bilingüisme, est affaire de transmission familiale. « C’est quelque chose qu’on partage tous ensemble, quelque chose qui nous lie », explique la plus jeune, Sofia.

Priorité aux études

JPEG - 29.3 ko

Pourtant, Samir, leur père et entraîneur, jure qu’il ne les a pas spécialement poussées dans cette direction. « Pour l’avoir pratiqué, je sais à quel point ce sport-là est dur. Donc quand elles étaient jeunes, on les a plutôt orientées vers d’autres sports : natation, équitation, gym. Mais elles ne prenaient pas spécialement de plaisir à ça. Donc un moment, mon épouse les a quand même inscrites à l’athlé, et ça a pris, sans doute aussi parce que ça correspond à leur caractère : exigeantes, perfectionnistes. En revanche, leur frère de 14 ans, lui, l’athlé, il s’en contrefiche… » Du point de vue de Selma, l’aînée, cela donne : « La course à pied, ça ne m’attirait pas plus que ça au départ. C’est Sara qui a un peu montré la voie à tout le monde. Quand elle a commencé vers 14 ans, elle a tout de suite eu des résultats. Du coup, je m’y suis mise aussi par curiosité et comme j’ai un esprit assez compétitif, j’y ai aussi pris goût. »
En effet, pas question pour les trois sœurs de pratiquer la passion familiale en dilettante. Sur 1500m, Selma possède un record à 4’33. Quant à Sara et Sofia, elles ont commencé leur saison en boulet de canon avec pour la première un record de France sur 3000 m en salle établi à Liévin en 9’ 01’’43 et pour la deuxième, la meilleure performance cadettes de tous les temps en 9’35’’64, à Miramas. Les deux vont d’ailleurs participer ce week-end aux championnats de France en salle, à nouveau à Miramas, avec notamment de hautes ambitions pour Sara : battre son record perso sur 1500m (4’17) et aller chercher les minimas pour les Jeux de Tokyo en 4’04.
Un gain de 13 secondes qui relèverait de la prouesse... « Bien sûr, ce serait un exploit que je me qualifie pour Tokyo 2021, mais j’aime les défis. Si je ne fais pas les Jeux, je serai extrêmement déçue. C’est qu’il aura manqué quelque chose à ma préparation », dit celle qui a effectué avec sa jeune sœur Sofia trois stages au Kenya en 2020, à Iten, temple mondial de la course à pied.
« On y a même vécu notre confinement, et à un moment, c’était compliqué à vivre parce que notre avion de retour était sans cesse repoussé. Heureusement que mon père et ma jeune sœur étaient là pour m’épauler », se souvient Sara, qui aura alors aussi trouvé de l’aide dans la lecture de « Pensées pour moi-même » du très stoïcien Marc-Aurèle.

Trois sœurs aux Jeux ?

JPEG - 27.7 ko

Mais à part les exigences tokyoïtes de Sara, le grand rêve des trois sœurs reste plutôt Paris 2024. « Le but, c’est de se qualifier toutes ensemble », dit doucement la jeune Sofia. « Et pourquoi pas de faire une médaille ! », s’exclame Sara la perfectionniste. « On verra, dit pour sa part le papa philosophe. Une participation aux Jeux, c’est tellement de planètes qui doivent s’aligner. C’est déjà dur de se qualifier pour une personne, alors pour trois en même temps… A mes yeux, la priorité, c’est leurs études. Après, si le reste vient aussi, ce sera formidable. »
Les études justement : un domaine dans lequel l’air de famille des trois sœurs saute encore plus aux yeux. Là où Selma est en 3e année de médecine en Allemagne, avec des envies de spécialisation en chirurgie neurologique ou cardiaque, Sara est elle en 2e année de prépa médecine dans le VIe arrondissement, tandis que Sofia, en 1ère, se dit tentée par … la médecine.
Ce qui au passage fait des emplois du temps passablement chargés pour Selma et Sara. Si l’aînée accorde cette année la priorité à ses stages à l’hôpital de Sarrebrück, Sara se trouve elle obligée de jongler entre ses emplois du temps sportif et d’études. « C’est sûr que ça me fait des journées bien remplies. Mais après c’est une question d’organisation. J’avais quelques difficultés à concilier les deux l’année dernière, mais cette année j’ai trouvé le bon rythme », raconte la cadette, dont le parcours méritant a été récompensé par une sélection dans le dispositif départemental Génération Jeux (une bourse de 3000 euros allouée par le Département à 30 jeunes sportifs du 93 préparant les Jeux).
Solidaires, les trois se tiennent bien évidemment au courant de leurs performances et partagent leurs plans d’entraînement sur WhatsApp. « Impossible qu’on soit un jour rivales, le fait qu’on soit sœurs et qu’on pratique la même discipline, ça nous donne une force supplémentaire », souligne la souriante Sofia. Et dès ce vendredi - jour de l’entrée en piste de Sofia - on peut faire confiance à la grande sœur Selma pour prendre connaissance depuis Sarrebrück des résultats des soeurettes aux championnats de France indoor.

Photo de une : Sofia, Selma et Sara Benfarès, de gauche à droite- Crédit photo : ©Elias Benfarès
suivantes : Sofia Benfarès ; Sara Benfarès- ©wk.vision

à lire aussi
Cyclisme

Les P’tits gars d’Auber jouent des coudes

Pas de complexes pour les cyclistes de St Michel Auber 93 ! Depuis le début de saison, ils tiennent leur place dans le peloton, au milieu des meilleures équipes mondiales. Le point avec Stéphane Javalet, directeur général et pilier de l’équipe albertivillarienne.

JOP 2024 Aulnay-sous-Bois

Pascal Blaise Ondzie, du bitume aux Jeux de 2024

L’aulnaysien Pascal Blaise Ondzie est une légende vivante du hip hop. B-boy depuis 38 ans, le doyen français du breakdance a écumé les scènes du monde entier avant d’être désigné référent Île-de-France pour l’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024. Portrait d’un athlète d’exception, fervent défenseur des cultures urbaines.

Génération jeux Boxe

Entre deux combats

La boxeuse Fathia Benmessahel fait partie des espoirs soutenus par le Département dans le cadre de son dispositif Génération Jeux. Nous avons voulu prendre de ses nouvelles dans ce contexte si particulier.

Aubervilliers

Stéphane Rossetto, retour aux sources

A 33 ans, ce coureur gouailleur, gros rouleur et adepte des raids solitaires, revient au sein d’Auber 93, qui l’avait déjà aidé à passer pro en 2013. Cette fois, c’est pour y tenir le rôle d’un capitaine de route et s’y relancer. Cet amateur de courses dures et débridées attaque sa saison dès jeudi, sur le Tour de La Provence.