Catégories
Seine Saint-Denis
Jeunesse Villemomble

Le food-truck de la PJJ 93, la jeunesse aux fourneaux

Depuis deux ans et demi, le service territorial éducatif et d’insertion de la Protection Judiciaire de la Jeunesse de Seine-Saint-Denis - administration qui s’occupe de mineurs sous main de justice- a lancé un food-truck animé par les jeunes de cette antenne. L’objectif : travailler avec eux un projet professionnel à partir d’un outil fédérateur.

Garé dans la cour de l’Unité éducative d’activités de jour de Villemomble, le « P’tit truck en plus » est déjà prêt à repartir. Sur sa belle devanture bleue et blanche, on lit encore le menu de la dernière sortie : beignets maïs-cheddar-mozza-ciboulette en entrée, Poke bowl en plat de résistance, compote pommes-fraises-amandes en dessert. Tout ça pour 8 euros avec boisson, et 100 % fait maison s’il vous plaît ! Difficile à battre...
« Le food-truck, j’aime vraiment. C’est un projet qui donne confiance. C’est du boulot, mais on a souvent des compliments des clients ! » Arrivé à l’Unité de Villemomble en mars, Evan, 16 ans, a tout de suite accroché avec ce concept de vente de plats ambulante, le seul actuellement mis en place dans toutes les antennes de la PJJ de France. Son acolyte Gabriel, 16 ans lui aussi, valide : « Ça apprend à travailler en équipe ! »
Dans ce service de la PJJ du 93- qui compte également une unité à Pantin et une autre à Saint-Denis – on accueille des mineurs en danger ou ayant eu maille à partir avec la justice. Objectif : travailler avec eux leur insertion sociale et leur projet professionnel. Une mission que le food-truck relève avec brio. « Quand le restaurant d’application aux côtés du lycée Paul-Eluard de Saint-Denis a fermé, on a réfléchi à un possible relais. Et c’est là que l’idée du foot-truck a surgi, notamment à l’initiative du directeur territorial de la PJJ 93, M.Brihat », se remémore Julien Angwe-Nze, directeur du Service Insertion de Villemomble.
Ce food-truck, qui stationne souvent devant les bâtiments de l’administration centrale du ministère de la Justice à Aubervilliers ou la préfecture de Bobigny, on le doit notamment à l’énergie déployée par Nicolas Mermet, professeur technique de cuisine qui a participé au lancement du dispositif il y a 2 ans et demi. « L’atout du food-truck, c’est qu’il attire les jeunes par son côté aventure. Il s’agit d’une cuisine ouverte, donc la valorisation est instantanée. Au départ, les jeunes sont intimidés par la relation avec le client, mais très vite, ils se prennent au jeu », explique ce cuisinier qui connaît son affaire puisqu’il aura auparavant lancé quatre camions pour le Crous de Paris.

Un quart des jeunes enchaînent en formation

Mais le food-truck, qui s’adresse avant tout à des jeunes entre 15 et 20 ans, ne se limite pas à la vente physique sur place. « La veille de la sortie, on prépare les plats à 5 ou 6. Parfois, le chef nous associe au menu quand on commence à prendre un peu d’expérience. Le lendemain, on sort pour vendre les plats préparés avec le food-truck. On peut parfois passer 2 heures à fond, sans lever la tête », abonde Evan tandis que Gabriel, plus discret, hoche la tête à ses côtés.
Le premier se prend à rêver d’inscription dans un CFA restauration, où ce grand amateur de gâteaux aimerait se spécialiser en pâtisserie. Le deuxième se laisse encore le temps de définir les contours de son projet. « Même s’il est parfois compliqué d’avoir un programme de formation sur 6 mois, en raison du turn-over assez fort des jeunes, les résultats sont assez bons : sur les 24 jeunes accueillis à l’année, un quart part en général sur de la formation et certains passent même des Certificats de Qualification Professionnelle en restaurant d’application », détaille Nicolas Mermet, 20 ans de cuisine derrière lui.
Au passage, les éducateurs en profitent aussi pour faire de la sensibilisation à la lutte contre la malbouffe. « On essaie de développer chez eux des réflexes de bien manger, de préservation de l’environnement », insiste Julien Angwe-Nze, qui rappelle ainsi que les 24 jeunes sont notamment allés visiter cette année le Potager du Roi à Versailles.
Depuis septembre, le « P’tit truck en plus » a repris du service. Avec très certainement de nouveaux lieux programmés sur son itinéraire : « On veut diversifier les endroits pour ne pas tomber dans la routine, pour continuer de maintenir à flot la motivation des gamins », précise Nicolas Mermet. Alors, ouvrez l’oeil : le Poke bowl made in PJJ, c’est un vrai truc en plus !

*Les prénoms des jeunes ont été changés

Christophe Lehousse
Photos : ©Nicolas Moulard

à lire aussi
Education aux médias Associations Aubervilliers

A la Cassette, on sait travailler en bande

Dédié à la création sonore sous toutes ses formes, ce tiers-lieu a ouvert ses portes il y a six mois dans le quartier des Quatre-Chemins à Aubervilliers. Aujourd’hui, il abrite un café associatif, une école de radio à prix libre et sans prérequis, accueille des ateliers parents-enfants autour du podcast et propose des formations express consacrées à l’art du son. C’est le collectif Transmission qui est à l’origine de cette initiative.

Agora Education aux médias Villetaneuse

Le monde de demain radiographié par des collégiens

Grande première pour les 4e du collège Jean-Vilar à Villetaneuse : fin janvier, ils ont effectué leur premier reportage radio à la résidence d’artistes du 6B à Saint-Denis. Leur sujet : comment s’invente le monde de demain ? Un exemple du dispositif d’éducation aux médias Agora, lancé en 2021 par le Département pour aiguiser l’esprit critique des élèves et diminuer la fracture entre jeunes et médias.

Saint-Denis Orientation

Les filles de l’air de Jean-Lurçat

En décembre dernier, seize collégiennes de l’établissement Jean-Lurçat à Saint-Denis ont effectué leur stage d’observation de 3e en visitant de nombreuses entreprises d’aviation. Cette initiative s’inscrit dans un parcours éducatif destiné à féminiser les métiers de l’aéronautique, imaginé par Airemploi et subventionné par le Département.

Lutte contre les discriminations Citoyenneté Aubervilliers

Remembeur, on est tous chez nous

Fêtant ses 10 ans, cette association qui combat le racisme à travers des projets s’adressant notamment à la jeunesse, a intégré le tout nouveau Conseil associé à l’Observatoire des discriminations en Seine-Saint-Denis. Reportage le 10 décembre à l’Assemblée nationale où des étudiants d’Aubervilliers mettaient le point final à un travail de qualité sur "L’Etranger" de Camus.