Catégories
Seine Saint-Denis
Seine-Saint-Denis Montreuil

Le Département à la rencontre des habitant.e.s de la Seine-Saint-Denis

Prochaines dates de la tournée : Noisy-le-Sec le 27 janvier, Stains le 28 et Pierrefitte le 3 février 2018. Avec les conseillères et conseillers départementaux, Stéphane Troussel a commencé toute une série de rencontres avec les habitant.e.s de la Seine-Saint-Denis pour présenter le bilan de mi-mandat et défendre le maintien des services publics qui sont menacés. REPORTAGE à Montreuil

JPEG - 74 ko

Samedi 16 décembre 2017, 14h30. Un camion aux couleurs du Département est garé sur la place Jean Jaurès, devant la mairie de Montreuil. Des reportages sur les actions départementales passent en boucle sur un écran de télévision. De grands panneaux témoignent de la politique menée depuis 2015. Les pétitions pour le maintien des services publics de proximité sont prêtes sur des tables, pétition notamment signée par Hervé Bramy, Président du Conseil général de 2004 à 2008 et Robert Clément, Président du Conseil général de 1993 à 2004. Hervé Bramy et Robert Clément ont rédigé une tribune commune à ce sujet.

Après La Courneuve et Livry-Gargan, Stéphane Troussel et des conseillères et conseillers départementaux ont poursuivi à Montreuil cette série de rencontres avec les habitant.e.s du département.

- Vous êtes qui vous ? demande une dame.
- Moi, je suis le président du Département, je suis Stéphane Troussel !
- Ah !, s’exclame la Montreuilloise, ravie.

Avoir un échange direct avec les gens, c’est exactement ce que Stéphane Troussel et son équipe souhaitaient. « C’est aujourd’hui la troisième rencontre dans le cadre de la tournée mi-mandat et de notre campagne sur les services publics de proximité et je vois bien que les gens apprécient, même s’il fait froid ! souligne le président du Conseil départemental. L’idée de venir rendre compte de nos activités d’élus à mi-mandat et de le faire dans une démarche de grande proximité, c’est aussi une manière de lutter contre ce sentiment d’éloignement qui peut exister entre les responsables politiques et les citoyens, y compris de lutter contre cette petite musique selon laquelle les élus ne sont sur le terrain que pendant les campagnes électorales ».

Rendre compte des engagements

Frédéric Molossi, vice-président en charge de l’enfance et de la famille, est heureux de pouvoir témoigner de ce qui a été fait depuis 2015, notamment à Montreuil où il est adjoint à la mairie. « Le 10e collège de Montreuil va ouvrir en septembre 2018, ce qui est toujours un événement dans une ville ! En matière de petite enfance, je suis content d’avoir participé à la création de 1700 places de crèche dans un département qui en a vraiment besoin, il y en aura 3500 d’ici la fin du mandat ».

JPEG - 80.5 ko

Camille, Montreuillois de longue date venu avec son petit garçon, apprécie la démarche du Département. « Je trouve ça bien car souvent on voit les élus distribuer des tracts sur les marchés avant les élections et après on ne les voit plus. J’ai pu parler au Président du projet de prolongement du T1 qui est capital pour les hauts de Montreuil. Il m’a répondu franchement. ».

Pour le maintien de nos services publics

Un petit soleil d’hiver vient réchauffer légèrement le petit attroupement. Les élus partagent un café et informent les habitants sur le projet du gouvernement de supprimer le département de la Seine-Saint-Denis. Ils les invitent donc à remplir la pétition pour le maintien des services publics de proximité, qui compte déjà des milliers de signataires.

Dominique Attia, conseillère départementale du canton Montreuil 2, dit elle aussi son inquiétude par rapport à la menace que laisse planer la prochaine réforme territoriale sur les départements de petite couronne (Seine-Saint-Denis, Val de Marne, Hauts-de-Seine). « La suppression de départements est une mauvaise idée parce que c’est un échelon important qui a des compétences particulières en matière de protection maternelle et infantile, de collège, d’insertion et d’emploi. Si on supprime cet échelon, ces services publics là, que va-t-il se passer après ? », interroge la conseillère départementale qui invite les citoyens à donner leur avis.

Jocelyne, une Montreuilloise qui passait chercher le programme du cinéma Le Méliès s’est approchée en voyant cette petite manifestation. « On m’a présenté la pétition que j’ai signée, on m’a expliqué les problèmes de l’Etat qui ne compense pas les dépenses que le Département s’est engagé à faire notamment à propos du RSA. J’estime que c’est inadmissible qu’on puisse laisser les départements, les villes, avec un déficit énorme alors que ce sont des engagements d’Etat ».

JPEG - 88.3 ko

De son côté, Danielle est venue donner en main propre une lettre à Stéphane Troussel pour l’alerter sur le manque de moyens dans les EHPAD. « Mon mari souffre d’une maladie apparentée à Alzheimer et vit en EHPAD, en unité protégée, explique t-elle. Les aides-soignantes sont dans l’épuisement total. Il n’y a pas assez de personnel, de médecin. La situation est limite au niveau de la sécurité ». Le président du Conseil départemental l’écoute et promet d’étudier la question concernant l’EHPAD de son mari.

Venir à la rencontre des habitants, c’est prendre le risque d’essuyer des reproches, mais comme le dit Dominique Attia, « la première fonction d’un élu c’est d’être au côté de la population pour recueillir leurs avis, pour savoir ce qui va, ce qui ne va pas. Les gens nous ont donné leurs suffrages, c’est quand même le minimum de leur rendre des comptes ! ».

Rendre compte des engagements, associer les habitants aux politiques menées et défendre les services publics de proximité assurés par le Département… Autant de questions et d’échanges qui se poursuivront après les vacances scolaires, car la tournée mi-mandat continue en janvier dans d’autres villes du Département.

Juliette Tissot


Tribune de Hervé Bramy et Robert Clément au format PDF
Tribune de Hervé Bramy et Robert Clément au format PDF

à lire aussi
Débat Développement territorial Bobigny

Les habitant·e·s de Seine-Saint-Denis instruisent le procès du Grand Paris

Le Grand Paris est-il une menace pour la Seine-Saint-Denis ? C’est la question que devait trancher mercredi 11 avril le Tribunal pour les générations futures. Organisé par le Département avec la complicité du magazine Usbek et Rica, ce procès fictif a abouti au constat que la métropolisation ne pouvait se faire sans une forte intervention de la puissance publique. Reportage.

IN Seine-Saint-Denis

Appel à projets In Seine-Saint-Denis 2018

Vous partagez les valeurs de cette marque territoriale et avez des projets pour faire vivre la solidarité, le Made In Seine-Saint-Denis, ou favoriser l’émergence de talents… La jeunesse de notre département est votre priorité ? Alors répondez à la seconde édition de l’appel à projets en investissement du In Seine-Saint-Denis !

Services, aides
& démarches

RSA - Guide pratique

Le RSA remplace le Revenu Minimum d'Insertion (RMI) et l'Allocation Parent Isolé (API). C'est également un complément de revenu versé à des personnes qui travaillent et dont les ressources sont modestes.