Catégories
Seine Saint-Denis
Court-métrage Montfermeil

Ladj Ly, un Montfermeillois primé au festival du court-métrage de Clermont-Ferrand

Habitant de Montfermeil, ce complice du photographe JR s’est notamment fait connaître pour ses documentaires sur les émeutes de 2005, parties justement de Clichy-Montfermeil. Il vient d’être primé au prestigieux festival du court-métrage de Clermont pour "Les Misérables", court-métrage sur les violences policières. Portrait.

On le connaît notamment à travers une photo, qui a fait le tour du web lors des émeutes de 2005. Le cliché le montre la mine sombre, le regard menaçant, pointant sa caméra aux allures de mitraillette vers l’objectif du photographe. Pourtant, les intentions de Ladj Ly ont toujours été pacifiques. Son arme à lui, c’est la caméra, son calibre, du 24 images par seconde pour porter la voix des sans-voix, montrer la relégation des banlieues, mais aussi ses joies, ses personnages. En un mot, sa vie.

« J’ai toujours filmé. J’ai commencé par les potes et puis j’ai élargi aux habitants de la cité, parce qu’il s’y passait plein de choses. Ca a juste pris plus d’ampleur avec les émeutes de 2005 », raconte celui qui habite Montfermeil depuis l’âge de 3 ans.

Ses premières gammes, ce réalisateur les a faites au sein du collectif « Kourtrajmé », dont il fait toujours partie. D’abord acteur, il est vite passé de l’autre côté de la caméra en remarquant l’extraordinaire liberté que lui donnait ce média. En 2001, sa rencontre avec le photographe JR, connu depuis pour ses clichés monumentaux en milieu urbain, est déterminante. Ensemble, ils affichent dès 2004 de gigantesques portraits d’habitants de la cité des Bosquets sur des tours concernées par le plan de rénovation urbaine à Montfermeil. Un travail qui, à l’époque, est considéré comme du graffiti illégal. « Aujourd’hui, on vient nous solliciter pour ces mêmes affiches. Mais je vois le côté positif : les gens se sont rendu compte que notre oeuvre valait la peine et c’est bien comme ça », juge un Ladj Ly très philosophe.

En novembre 2005, lorsque les banlieues s’embrasent à la suite de la mort tragique de Zyed et Bouna, tout ce travail fait logiquement de Ladj Ly un témoin privilégié des émeutes urbaines. Caméra au poing, il filme nuit et jour et en tire « 365 jours à Montfermeil ». Ce documentaire sur le vif montre bien la colère légitime de certains, les logiques d’affrontement et d’escalade entre deux camps, mais surtout l’aspiration à de meilleures conditions de vie de tous les habitants.

Onze ans après les événements de Clichy-Montfermeil, c’est encore ce souhait d’une vraie égalité des chances qui anime Ladj Ly. « Depuis les émeutes, il y a eu quelques évolutions. A Montfermeil, il y a eu de nouvelles constructions, les gens vivent dans des conditions un peu plus raisonnables. Mais il y a toujours la même misère sociale, le même taux de chômage. Concrètement, on attend de voir », décrypte l’enfant du pays.

Des motifs d’espoirs, Ladj Ly en a pourtant beaucoup pour la Seine-Saint-Denis. « A moyen terme, il y a le tram qui va enfin arriver à Clichy et on nous annonce le Grand Paris Express pour 2024. Et puis, il y a ce projet de Villa Médicis bis auquel je crois beaucoup ». Cette initiative, portée par l’ancien maire Claude Dilain et reprise par son successeur Olivier Klein, vise à ouvrir le monde de l’art aux regards et aux talents des quartiers populaires.
« Le cinéma par exemple, c’est encore un milieu réservé à une certaine élite. Mais les gens des quartiers ont aussi envie de témoigner, de faire des films. Nous, on essaie de rendre accessible ce milieu aux gens d’en bas », insiste Ladj Ly qui nourrit le projet d’une école de cinéma dans le cadre de cette Villa Médicis bis.

Ce n’est d’ailleurs pas le seul projet que le gamin des Bosquets a sur le feu. Ses "Misérables" viennent de recevoir le prix Canal+ au festival du court-métrage de Clermont. Cette fiction de 15 minutes sur les violences policières résonne de manière glaçante avec l’actualité. Et déjà, Ladj Ly pense à passer au long, avec une œuvre qui garderait le même titre et qui serait une adaptation libre du roman d’Hugo. « Quand je lis ce que Victor Hugo disait il y a plus d’un siècle de la misère et des inégalités de la condition humaine, je me dis que peu de choses ont changé. D’ailleurs, les Thénardier habitaient déjà Montfermeil. » Un vrai Gavroche, ce Ladj Ly.

Retrouvez ici le court-métrage "Les Misérables" de Ladj Ly : https://www.youtube.com/watch?v=G0JXAc5snn0

à lire aussi
Saint-Denis

Le défilé pour tous

A 20 ans, Alba Burge organisait son premier défilé le 4 mars dernier, en pleine fashion week, dans la salle la Ligne 13, à Saint-Denis. Retour sur un évènement joyeux, coloré, et de qualité.

Musique Pantin

Banlieues bleues : ça gaze et ça jazz ! (3)

Du 3 au 31 mars, le festival Banlieues bleues, soutenu par le Conseil départemental, fêtera sa 34e édition avec une très riche programmation. Aujourd’hui, focus sur la flûtiste franco-syrienne Naïssam Jalal dont le concert a lieu mardi à la Dynamo de Pantin.

Saint-Denis Théâtre

Trois, deux, un : des identités multiples au TGP de Saint-Denis

Emmanuel de Chavigny, comédien de 35 ans, est l’un des quarante visages à l’affiche de la pièce événement "Trois", qui se joue jusqu’au 31 mars au théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis. Ecrite de manière participative sous la direction du metteur en scène québécois aux racines iraniennes Mani Soleymanlou, elle donne la parole aux français et questionne leur rapport à l’identité.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.