Catégories
Seine Saint-Denis
Economie sociale et solidaire Stains IN Seine-Saint-Denis

La Petite Boutique, du commerce et du lien social

La marque « In Seine-Saint-Denis » compte dans ses rangs un nouvel ambassadeur de choix. La Petite Boutique est le fruit d’une alliance entre le Pointcarré, la coopérative Andines et l’Esat de Marville, qui veulent ainsi insuffler de l’activité commerciale et de la vie sociale au cœur de la ville de Stains. Histoire de faire comprendre qu’en Seine-Saint-Denis, les gens sont la solution, et pas le problème.

Noël approche, et cela se sentait, samedi 7 décembre, au 21 de la rue Carnot, à Stains. Tout était fin prêt pour l’inauguration de « La Petite Boutique » : côté épicerie, le sucre de canne d’Equateur, le café de Colombie, les vins de producteurs indépendants, la bière locale - « La 93 du Container », et les graines en vrac : riz, haricots, quinoa et même pâtes de Bourgogne, attendaient tranquillement le chaland. Sur les étagères, les serre-livres, cendriers et petits objets de décoration en céramique et pierre gravée disputaient leur place aux jeux et jouets de production locale. Les portants foisonnaient de pull-overs et ponchos laineux tandis que les bonnets et les gants trépignaient d’être enfilés. Enfin, les livres illustrés guettaient les enfants prêts à les corner.

A midi, les portes se sont ouvertes pour laisser entrer environ 70 personnes impatientes de découvrir la nouvelle « Place to be » à Stains. Le fruit du travail de quatre acteurs : la coopérative Pointcarré, qui gérait déjà une boutique/café/coworking/fablab à Saint-Denis, la coopérative Andines, pionnière du commerce équitable, l’Esat Marville, dont les travailleurs en insertion font de l’artisanat d’art, et la mairie de Stains. « Après la rénovation de l’église et du marché, la mairie voulait poursuivre la redynamisation du centre-ville de Stains, dont les petits commerces ont été tués par l’installation de l’hypermarché voisin. Ils avaient d’ailleurs gagné 150 000 euros pour réaliser cet objectif, dans le cadre d’un appel à projet du Grand Paris. Ils ont consulté différents acteurs. Nous avons préféré faire collectif et coopératif plutôt que nous faire concurrence », explique Elie Prévéral, gérant du Poincarré, membre du réseau Minga et de ce fait aguerri au montage de structures coopératives. Une fois l’accord passé entre les différentes structures, la réalisation n’a pas traîné : les travaux ont commencé en octobre, et la Petite Boutique a commencé à fonctionner le 3 décembre.

Pour répondre aux besoins sociaux des habitants de la ville très populaire de Stains, la Petite Boutique a calibré son offre. « Les prix vont de 3 à 30 euros en moyenne, avec un pic à 120 euros pour ce poncho en pur alpaga », détaillent Elie Prévéral et Wiebke Aumann, qui gèrent tous deux les rayonnages. « Comme Stains est une ville multiculturelle, nous avons travaillé avec la librairie dionysienne Folies d’Encre pour proposer des livres axés sur le plurilinguisme. Il n’y avait plus non plus de caviste. On a beaucoup parlé avec la mairie, qui nous a expliqué, par exemple, comment les magasins de jouets avaient disparu il y a 15 ans. »

JPEG - 96.1 ko

Mais La Petite Boutique se donne aussi pour mission d’être un relais du développement d’une économie territoriale. Les porteurs du projet comptent bien remonter aux origines du mot commerce, et stimuler les échanges de toutes sortes dans la ville. « Nous voulons être un espace de vente, un espace de rencontre, un espace de jeu, un endroit où l’on pourra discuter des savoir-faire, de l’origine des produits avec les consommateurs. Mais nous voulons aussi avoir un rôle auprès des Stanois qui veulent commercialiser leurs propres productions, ou qui ont besoin d’un accompagnement pour monter leur propre structure », développe les experts ès coopératives. En portant des valeurs d’économie sociale et solidaire, d’initiative, d’engagement, d’innovation, le projet de « La Petite Boutique » s’inscrit totalement dans la démarche de la marque « In Seine-Saint-Denis », fière aujourd’hui de vous présenter le dernier copain de sa bande. Et comme pour marquer cette philosophie, c’est le Stanois, le restaurant d’à côté, qui avait préparé le buffet...

Photos : ©Edwin Gurbhoo

à lire aussi
Seine-Saint-Denis Portrait

Nathalie Daoud, le clic de l’emploi

Assistante sociale dans une première vie, la Bondynoise Nathalie Daoud a toujours voulu aider les publics fragiles. En 2017, elle co-crée le réseau de bornes d’emploi HucLink qui permet en quelques clics de rapprocher des demandeur·euse·s d’emploi peu qualifié·e·s des entreprises. Portrait d’une entrepreneure humaniste et débordante d’énergie.

Economie sociale et solidaire Pantin

A la Cité fertile de Pantin, on forme les futurs créateurs de tiers-lieux

Sinny & Ooko, l’entreprise qui a donné naissance à la Cité fertile à Pantin, propose depuis septembre dernier une formation et un accompagnement sur six mois à des personnes qui souhaitent créer des tiers-lieux, ces espaces de sociabilité mis en œuvre par un collectif au service d’un territoire. La première promotion d’incubés a terminé son cursus le 15 février.

Economie sociale et solidaire

Re-Belle, des confitures qui font du bien

Connaissez-vous les confitures Re-belle ? Fabriquées à partir de fruits invendus, ces confitures sont préparées par des personnes en insertion professionnelle dans l’atelier d’Aubervilliers. Exemple parfait de l’économie circulaire, les confitures Re-belle sont soutenues par le Département dans le cadre du Plan Rebond et font bien sûr partie des produits et ambassadeurs IN Seine-Saint-Denis.

Découvrez tout de suite la savoureuse interview-vidéo de Charlotte Porez, directrice de l’entreprise. On parie qu’on vous prend bientôt les doigts dans le pot à confiture !