Catégories
Seine Saint-Denis
Petite enfance

1.9.3 soleil : 10 ans et toutes ses dents !

Ce festival proposant du spectacle vivant gratuit à l’attention des tout-petits fête ses 10 ans. Jusqu’au 3 juin, une centaine de représentations sont proposées dans de nombreuses villes du département. Enfantastique ! Reportage et VIDÉO.

Jusqu’ au 3 juin, les tout-petits de 0 à 4 ans et leurs parents vont pouvoir s’en donner à coeur joie. Pour sa 10e édition, le festival 1.9.3 Soleil propose en effet une centaine de représentations gratuites. Avec pour cadre aussi bien des théâtres que des crèches ou des parcs départementaux. Au total, ce sont ainsi 13 villes qui joueront le jeu d’un festival soutenu depuis le début par le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.
Les objectifs poursuivis par ce festival et ceux du département sont en effet au diapason : un art accessible à tous et ce dès le plus jeune âge, et la volonté de placer le spectacle vivant dans des lieux aussi divers que possible, afin de toucher un maximum d’habitants.

Rendez-vous dans les parcs départementaux le weekend. Au parc Jean-Moulin-Les Guilands à Montreuil les 13 et 14 mai, à la Poudrerie à Sevran les 20 et 21 mai et les 28 et 29 mai à Georges-Valbon à La Courneuve. Tous les spectacles sont gratuits. Le programme est sur internet. Pensez à réserver, 1.9.3. Soleil dure jusqu’au 3 juin.

Interview de Caroline Prost, directrice du festival 1.9.3. Soleil
Estimons les bébés, donnons leur des spectacles de qualité

JPEG - 72.9 ko


Votre festival s’adresse aux 0-4 ans. A 6 ans, ça veut dire qu’on est déjà trop vieux pour 1.9.3. Soleil ?

Cette année, nous avons un spectacle à partir de 4 ans, ce qui signifie que jusqu’à 6 ou 7 ans, ça les concerne encore. Mais oui notre public ce sont les enfants de crèches et de maternelles. Les enfants de six ans sont les bienvenus même si on ne cherche pas de forme spécifiquement pour eux. Cela ne veut pas dire que les enfants ne pourront pas en profiter pleinement.
Et si le tout petit dernier a des grands frères et sœur, ils sont les bienvenus ?
Dans les parcs, les familles viennent pour un pique-nique. Les enfants ont des âges très divers et toute la famille nous intéresse. Nous attirons des gens qui n’ont pas prévu de venir voir un spectacle. Elles sont parfois à mille lieues de ça. C’est assez touchant de les voir découvrir un univers artistique qu’elles ne soupçonnaient pas. Et souvent, elles nous suivent l’année d’après. Nos spectacles sont gratuits dans les parcs, ce serait dommage de ne pas en profiter.

Pourquoi y a-t-il si peu de spectacles dans les théâtres pour cette tranche d’âge ?
Le jeune public est déjà la dernière roue du carrosse alors le très jeune public, il court derrière. On le retrouve davantage dans les théâtres municipaux que sur les scènes nationales. Aux yeux de certains, un auteur qui s’adresse au très jeune public n’a pas la même valeur qu’un auteur qui s’adresse aux adultes.
C’est grave, ça.
Oui c’est grave. Pourtant, comme disait, Stanislawski : « Le théâtre pour enfants, c’est comme celui pour les adultes, mais en mieux. » Regardez ! Cette année, on programme Le petit bain, mis en scène par Johanny Bert, (ndr : artiste associé à une scène nationale). C’est une première. Et c’est bon signe. Mais il y a beaucoup de chemin à faire.
Vous accueillez les moins de quatre ans dans les parcs départementaux car ce sont des lieux où on ne craint pas qu’ils fassent du bruit ?
Surtout pas. Les tout-petits peuvent faire du bruit, dans les théâtres comme dans les parcs. Il faut dire aux accompagnants qu’à cet âge-là, les émotions on ne les contient pas. On a le droit de crier, de pleurer, de rire, de bouger dans la mesure où ces réactions sont liées au spectacle et qu’on n’empiète pas sur l’espace des artistes. C’est essentiel pour eux d’extérioriser ces émotions. Et l’adulte doit être totalement disponible pour les recevoir (et non pas sur son portable, sur son appareil photo ou à discuter avec d’autres adultes !). L’accompagnant doit par contre éviter de commenter le spectacle à l’enfant pour laisser libre court à son imaginaire, sans l’influencer.

Un enfant de 18 mois peut-il aller voir un spectacle pour les 4 ans ? Est-ce risqué de ne pas respecter les âges affichés ?
Avec un groupe c’est très important de respecter les âges mais c’est moins gênant en individuel. Le « risque », c’est qu’il s’ennuie et qu’il perturbe le spectacle ne se sentant pas concerné puisque le spectacle ne lui est pas adressé. Il faut alors savoir sortir pour ne pas déranger les autres. Quand les artistes définissent l’âge c’est qu’ils ont testé le spectacle et qu’ils ont observé qu’il parlait spécifiquement à cette tranche d’âge. Ce n’est pas une histoire de dangerosité, ça ne va pas les traumatiser. Sur tout spectacle il y a un « risque » d’émotion forte à tout âge. Mais il serait bien dommage de vouloir les repousser. Le tout est d’accompagner l’enfant dans ces émotions et de savoir le rassurer, s’éloigner un peu ou sortir si vraiment l’émotion est insurmontable.

Votre festival propose du jazz, de la pop, des installations, des bals, un manège qui ne tourne pas en rond. Une programmation très variée.
C’est vrai que la diversité des formes artistiques est très présente depuis le départ. Les spectacles pour les tout-petits sont souvent pluridisciplinaires. La danse, la musique, le théâtre d’ombre, la poésie sont des formes qui sont présentes depuis longtemps dans le spectacle très jeune public. Mais depuis peu, les disciplines s’élargissent. Cette année, sur le festival nous proposons de l’opéra, du jonglage contemporain, des concerts pop par exemple. Tout est possible pour les tout-petits, tout dépend de la façon dont on s’adresse à eux.

Vous êtes comme Dolto. Pour vous, l’enfant est une personne, n’est-ce pas ?
Oui, évidemment. L’éducation bienveillante et les outils pédagogiques de type Montessori, intéressent de plus en plus les parents. Faire la démarche d’emmener son enfant tout bébé voir des spectacles, tient aussi d’une certaine considération de l’enfant. Pourquoi il n’y aurait pas droit ? La sensorialité et la curiosité du très jeune enfant sont extrêmement poussées. Il est donc important de lui apporter des spectacles qui soient à la hauteur de cet appétit. Le très jeune enfant est même beaucoup plus ouvert que les adultes car son regard n’est pas encore formaté de références comme le nôtre.

En dehors des spectacles que proposez-vous ?
On propose un manège aux tout-petits qui n’est pas un manège traditionnel. On travaille à donner du festif avec une approche artistique. On propose de la peinture corporelle. Mais là encore, on ne dessinera pas des papillons sur les visages des tout-petits. C’est l’enfant qui se maquille lui-même avec son imagination. Son corps ou le corps de l’autre. On propose aussi des conférences sur l’éducation bienveillante car c’est cohérent avec ce que l’on défend.

Et s’il pleut ? Comme à Woodstock, allez-vous poursuivre 1.9.3. Soleil… sous la pluie ?
Oui, grâce au dispositif « journée de pluie ». C’est la première année que nous le mettons en place. Suite à la météo désastreuse de mai 2016 qui a perturbé tous les festivals, on a décidé de devancer la difficulté et d’organiser les Journées de la pluie.

Pourquoi ?
C’est dommage de laisser les enfants enfermés une journée où il pleut. La pluie et les enfants, ça va ensemble. Les enfants adorent jouer dans les flaques d’eau et les artistes étaient intéressés pour travailler avec cet élément : l’eau. Il faut juste s’organiser… Les parents devront équiper les enfants pour la pluie (bottes et imper) et prévoir un change. Les propositions des artistes ne dépasseront pas 20 minutes et on donnera des serviettes et des chocolats chauds pour se réchauffer !

Le festival 1.9.3. Soleil fête ses dix ans
Le festival 1.9.3. Soleil a gagné la confiance de ses partenaires et du public. De plus en plus de villes font appel à lui. Le festival est connu et reconnu par ses pairs au niveau national. Leurs journées professionnelles affichent complet. Gérée par une toute petite équipe, elle a décuplé son activité : portail très jeune public Île-de-France, pôle ressource, parcours d’ateliers parents/enfants, réseau Courte-Echelle, collectif Puzzle, formations, journées professionnelles, mini-tournées en crèches, festival.
Le festival 1.9.3. Soleil est aussi à l’initiative de deux réseaux.
Le premier, « Courte échelle », réunit des partenaires dans le 93, le 75, le 92, le 95 et le 94, qui choisissent et financent chaque année un spectacle pour tout-petits. Le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis en fait partie. Le deuxième réseau est le collectif Puzzle qui rassemble une quinzaine de compagnies franciliennes qui créent des spectacles pour le très jeune public. « Le festival soutient la création de qualité. Notre objectif est de les soutenir. Aujourd’hui, les compagnies qui s’adressent au très jeune public arrivent à produire des spectacles parce qu’elles ont fait des économies sur les spectacles précédents ou alors qu’elles ne se paient pas. Il s’agit d’un tout petit milieu qui ne se connaît pas forcément et où il pourrait y avoir beaucoup d’entraide, » explique Caroline Prost, sa directrice.
à lire aussi
Collèges

Chantiers dans les collèges tout l’été !

Pendant les vacances d’été, les équipes mobiles territoriales s’affairent au sein des collèges pour permettre aux élèves, professeurs et personnels de retrouver des établissements dans un meilleur état encore que lorsqu’ils les ont quittés à la fin de l’année scolaire. Reportage et VIDÉO.

Hommage

Voyage jusqu’au bout de la mémoire

Engagés tout au long de cette année dans le Concours national de la Résistance et de la Déportation, 18 élèves de 3e du collège Joliot-Curie à Stains ont vécu une aventure extraordinaire qui les a changés à jamais. REPORTAGE.

JOP 2024

Les 20 ans des Jeux des collèges UNSS

Plus de 2000 collégiens ont participé mercredi 14 juin au stade interdépartemental de Marville aux Jeux des collèges 2017 aux couleurs de la candidature de Paris 2024 ! VIDÉO et DIAPORAMA.

Collèges

Votre enfant va entrer en 6e, demandez le chèque réussite !

Pour la troisième année consécutive, chaque élève entrant en 6e dans un collège public du département bénéficie d’un chèque réussite de 200 euros pour acheter des fournitures, des livres ou du matériel numérique. Les parents concernés peuvent faire leur demande en ligne dès le 15 juin. Mode d’emploi et témoignages.

Services, aides
& démarches