Catégories
Seine Saint-Denis
Odyssée Jeunes Neuilly-sur-Marne

Des collégiens de Neuilly-sur-Marne sur les traces des Beatles

48 élèves de 3e et deux professeurs du collège Georges Braque à Neuilly-sur-Marne sont partis à la découverte de « l’Angleterre populaire » du 15 au 19 avril derniers. Un voyage subventionné par le programme Odyssée Jeunes et qui fête cette année ses 10 ans.

« Des gens souriants et accueillants », pour Anisha. « Des rues propres et toujours animées », selon Amine. Et même des « glaces McDo moins chères qu’en France », à en croire Soukaïna. Le voyage scolaire dans le nord-ouest de l’Angleterre que 48 élèves du collège Georges Braque de Neuilly-sur-Marne accompagnés de leurs deux profs d’anglais, Margot Cantet et Charlène Ragouilliaux, ont réalisé du 15 au 19 avril derniers aura été « une expérience passionnante ». Le thème : « l’Angleterre populaire », celle des stades de foot, du riche passé industriel ou encore des Beatles.

L’objectif de ce programme estampillé Odyssée Jeunes - lequel subventionne des voyages scolaires de collégiens du département à la faveur d’un partenariat entre le conseil départemental, l’Education nationale et la Fondation BNP Paribas - était de « découvrir une Angleterre autre que celle que l’on retrouve à Londres, d’aller à la rencontre d’une population à la mentalité différente, de s’éloigner des clichés habituels, explique Margot Cantet, instigatrice du projet. Et puis, parce que pour apprendre une langue, il n’y a rien de plus efficace et stimulant que d’être dans le pays concerné. » Un avis que partage Romane même si la jeune fille a éprouvé parfois quelques difficultés à comprendre les accents locaux, le scouse (à Liverpool) et le Mancunian (à Manchester). « Dans la famille qui m’a hébergée, ils roulaient tous les ‘’r’’. Je leur ai demandé qu’ils me parlent très lentement. »

PNG - 175.5 ko

En trois jours, nos joyeux frenchies n’ont pas eu le temps de musarder : ils ont visité trois villes, Liverpool, son célèbre stade d’Anfield et son non moins mythique musée des Beatles ; Manchester, sa scène de street art et son musée des sciences et de l’industrie situé dans une ancienne station de stockage de chemin de fer, et enfin Chester, une cité fortifiée bâtie pendant l’époque romaine et qui a su en garder les vestiges. « Rapide mais tellement enrichissant ! », résume Amine, maillot de Manchester City, un des clubs phares de la région, sur les épaules. Seul point noir : « Les pique-niques du midi préparés par nos famille d’accueil », regrette Zahra. Peu copieux et surtout vraiment « pas bons », ajoute-t-elle. « Là-bas, ils ont une forte culture de la malbouffe, c’est dommage ».

Un carnet de voyage avec des challenges à relever

Leurs souvenirs, leurs expériences, les élèves les ont consignés dans des carnets de voyage. « Il y a aussi à l’intérieur la trace des défis qu’on leur a demandés de relever chaque jour », détaille Margot Cantet. Comme par exemple réaliser un selfie devant un symbole de l’Angleterre (cabine téléphonique, taxi, pub, etc.), pousser la chansonnette dans le bus devant ses petits camarades et dans la langue de Shakespeare of course, demander à essayer un vêtement dans une boutique… Avec à la clé, selon le nombre de points obtenus et le niveau de difficulté de l’épreuve, des cadeaux. « Ce voyage nous a permis de faire plein de nouvelles rencontres, non seulement avec les habitants mais aussi avec les élèves car beaucoup d’entre nous ne se connaissaient pas », raconte Anisha. Et d’ajouter, tout sourire : « Nous sommes aussi plus proches de nos profs avec lesquels nous avons vécu des moments privilégiés. » « Cela peut paraître ridicule mais quand je suis revenue en France, il m’est plusieurs fois arrivé de m’exprimer en anglais sans le vouloir devant des proches », dévoile Soukaïna. Idem pour Zahra qui, « pendant quelques jours, [a] prononcé le mot ‘’sorry’’ je ne sais pas combien de fois. »

JPEG - 298.1 ko

« Sans le dispositif Odyssée Jeunes, cette excursion n’aurait pas été possible », tient à souligner la prof d’anglais. La subvention a en effet permis aux collégiens de ne s’acquitter que de 70 euros par tête de pipe, et ce tout compris. Le dernier défi pour Margot, Charlène et leurs élèves sera de présenter, au travers d’un montage vidéo et photo, leur projet dans la perfide Albion à l’occasion de la journée de valorisation organisée par le collège Georges Braque le 21 juin. Il se dit déjà qu’un hommage émouvant sera rendu au fish and chips. Ça promet !

à lire aussi
Bel été solidaire Blanc-Mesnil Bobigny

Réviser tout en s’amusant, le bon mix d’Espoirs Jeunes

Cette association présente à Bobigny et au Blanc-Mesnil propose durant tout l’été des ateliers gratuits d’aide aux devoirs le matin, suivis d’activités loisirs l’après-midi. Un dispositif financé par la ville de Bobigny et le Bel été solidaire du Département, bienvenu à l’heure où certains jeunes peuvent ressentir un besoin de remise à niveau après le confinement. Reportage.

Collèges Le Bourget

Collèges : dernière (re)prise avant le clap de fin

Après avoir rouvert leurs portes aux 6e et aux 5e (4 juin) puis aux 4e et aux 3e (11 juin), les 130 collèges de Seine-Saint-Denis affichent quasiment complets. Si les règles de distanciation physique ont été assouplies depuis le 22 juin dans le cadre de la 3e phase du déconfinement, le protocole sanitaire est toujours en vigueur et les gestes barrières sont omniprésents dans le quotidien des élèves. Reportage au collège Didier-Daurat, au Bourget.

Collèges

Connaissez-vous le 1% artistique ?

En septembre 2020, quatre projets 1 % artistique vont voir le jour dans les collèges du Département ! En attendant de les découvrir, nous vous présentons chaque semaine un projet 1 % artistique déjà réalisé sur nos réseaux sociaux. Exemple avec l’artiste Eric Baudelaire et les élèves du collège Dora-Maar à Saint-Denis/Saint-Ouen.